LES TECHNIQUES
Les principes fondamentaux de l’ostéopathie
Unité de fonction du corps humain
L'être humain est un TOUT. Il forme une UNITÉ complète biologique, émotionnelle, spirituelle. Le corps humain fonctionne bien TOTALEMENT, ou fonctionne mal TOTALEMENT. Toute perturbation se produisant dans une région déterminée du corps pourra se manifester dans n'importe quelle autre région du corps. Tout accident dans une quelconque région du corps (pied, lombaire, thorax, cervicales, tête) aura une répercussion dans la totalité du corps.
Auto-défense, auto-régulation et auto-guérison
Le corps possède par lui-même les moyens de surmonter la maladie tant que la relation "structure-fonction" est respecté. Le corps possède ses propres modèles de défense et ses propres systèmes d'alarme. C'est l'immunité relative inhérente à la machine humaine qui a la capacité d'élaborer les substances nécessaires au maintien de la santé et à la neutralisation de la maladie.
Interdépendance structure-fonction et fonction-structure
La fonction dépend de la structure : toute perturbation d'une articulation, par exemple, se répercutera sur son fonctionnement : limitations du mouvement, douleurs, etc. La structure dépend de la fonction : par exemple, toute immobilisation prolongée d'une articulation va "enraidir" l'articulation et les tissus péri-articulaires.
Pour les ostéopathes, les différentes structures du corps ont la capacité de se mouvoir en toute liberté. Lorsqu’une perte de mobilité apparaît au niveau des muscles, des viscères, du crâne ou des enveloppes (fasciae), des symptômes surviennent. L’ostéopathie est, selon ses adeptes, à la fois une science et un art. Elle part ainsi de la structure corporelle dont la mécanique est altérée pour corriger le désordre en cause et mener l’organisme à l’auto-guérison. A la fois préventive et curative, cette médecine manuelle vise à rééquilibrer les structures ostéo-articulaires et viscérales qui ont perdu leur mobilité. Elle considère en effet que toutes les parties du corps sont reliées entre elles.
A noter aussi l’existence d’une ostéopathie crânienne, dont on doit la naissance à William Garner Sutherland. Cette forme particulière d’ostéopathie, dont la pratique repose sur la palpation des os du crâne, est parfois décriée par les autres ostéopathes.
Comment se pratique l’ostéopathie ?
Pour établir son diagnostic, le praticien ostéopathe doit déceler où se situe la "dysfonction ostéopathique" en analysant la mobilité des différentes structures corporelles. Le traitement repose sur des techniques de pression et d’élongation, ainsi que sur des manipulations vertébrales et parfois crâniennes.
Les pathologies concernées sont variées et ne se limitent pas aux affections de la colonne vertébrale comme la sciatique, le lumbago, le torticolis, les douleurs d’épaules, de côtes, les maladies de l’appareil locomoteur comme l’arthrose, les conséquences des traumatismes... Les ostéopathes prennent, en effet, aussi en charge des problèmes aussi divers que les maux de tête ou les vertiges, l’anxiété, les troubles du sommeil, l’asthme, les colites, les “petits maux” liés à la grossesse...
De fait, comme les ostéopathes admettent eux-mêmes, cette médecine manuelle n’est pas adaptée aux maladies graves, purement organiques ou s’accompagnant d’états infectieux ou inflammatoires importants. Elle s’adresse plutôt à des pathologies fonctionnelles, où corps et psyché sont intriqués.
L’ostéopathie est aussi parfois employée chez des nourrissons pour régler des problèmes d’agitation ou du sommeil ou supprimer une déformation du crâne secondaire, par exemple, à la pose de ventouses ou à l’utilisation d’un forceps durant l’accouchement.

Comment nous joindre

Mouloud DORGHAM

Ostéopathe DO

8 rue de Lattre de Tassigny

69350 La Mulatiere

Téléphone :

04.78.50.38.01